top of page

Petit titre

Oeuvre d'Alba Llach Pou

Rechercher

L’Exploratoire: Un nouvel espace pour la science ouverte

Avez-vous déjà entendu parler de Science Ouverte et de l’idée de rendre la science accessible à tous ? Dans cette interview spéciale, nous discutons avec Terence Explorons du rôle que la science joue dans notre société, ainsi que de l’importance de promouvoir son adoption par le grand public. Nous vous présenterons également L’Exploratoire, un incubateur de projets de Science Ouverte fondé par Terence et Chloé Didier, ainsi que quelques-uns de leurs projets intégrant science et culture.

 

Ce mois-ci, Piplettes a eu la chance de rencontrer et d’interviewer notre confrère communicateur scientifique Terence Explorons, gérant et cofondateur avec Chloé Didier, de L’Exploratoire, une association visant à rendre la science accessible à tous. En le découvrant, L’Exploratoire nous a fascinés par ses valeurs, ses activités et la façon dont il lie science et arts. Comment rater cette rencontre ?


C : Terence, comment vous êtes-vous rencontrés avec Chloé et comment avez-vous eu l'idée de L'Exploratoire ?


T : Je suis convaincu que tous les grands défis auxquels notre société est actuellement confrontée, tels que l’écologie, la politique ou la santé, peuvent être résumés en questions scientifiques, qui peuvent alors être rigoureusement explorées. Chloé et moi avons démarré cette collaboration car nous sommes tous les deux des scientifiques avec une forte vocation pour le partage de la science. Plus précisément, nous voulons faire naître des vrais projets scientifiques et donner de l’élan à des idées prometteuses.


C : Qu’est-ce que L’Exploratoire ? Quelles sont ses missions ?


T : L’Exploratoire est un incubateur de projets de Science Ouverte. Nos missions se résument en trois valeurs : Exploration, Expérimentation et Émergence. L’Exploratoire invite à explorer les connaissances, puis à les transformer jusqu’à faire émerger des nouvelles découvertes. Nous espérons ainsi trouver de nouvelles façons de partager la science, de les appliquer pour mettre tout le monde sur un même pied d’égalité, et de faciliter le dialogue entre science et société pour engendrer des solutions innovantes aux problèmes de demain.


C : Quels types d’activités organisez-vous ?


T : Nous incubons des projets de communication scientifique, nous formons des étudiants à la communication scientifique et nous faisons des vidéos pour rendre ces concepts plus populaires. Nous préparons actuellement des locaux pour pouvoir accueillir du public et échanger avec eux autour de la science.


C : Qu’est-ce que la Science Ouverte ?


T : Tout est dans le nom, il s’agit d’ouvrir la science et de la rendre accessible au grand public. Il ne s’agit pas uniquement de partager la science, ni de rendre gratuit l’accès aux publications scientifiques. De mon point de vue, la Science Ouverte se fait en trois étapes :

  1. Ouvrir la science aux scientifiques ; cela implique la gratuité de l’accès aux données et aux protocoles d’autres scientifiques.

  2. Rendre gratuit l’accès aux principales publications scientifiques ; pas uniquement aux scientifiques, mais aussi au grand public.

  3. Ouvrir la science de manière globale ; y compris aux gouvernements et à la société.

Ça a peut-être l’air d’une utopie, mais j’y crois.

C : Comment appliquer la Science Ouverte à la société ?


T : Je crois que tout problème peut être adressé avec une question scientifique. Donc, si on démocratise la science, nous pourrons l’utiliser de façon intelligente pour la société et communiquer aux étudiants que tous les problèmes de notre société peuvent être liés à la science.


C : Qu’est-ce qui vous a inspiré ?


T : J’ai beaucoup aimé une étude de Dan Kahan qui m’a guidé, intitulée “Curiosité scientifique et le traitement de l’information politique” 1. Elle explique que l’intelligence n’est pas nécessairement la meilleure solution pour trouver les réponses aux problèmes de demain. L’intelligence peut être utilisée pour polariser des idées, et peut même inciter certains à manipuler les autres.

C : Comment peut-on rendre les gens plus curieux des sciences ?


T : Je répondrai à cette question avec un exemple de ce qu’on fait à L’Exploratoire. J’aimerais présenter un projet mêlant arts et sciences, intitulé “cell-worlds” ou “mondes cellulaires” en français (cell-worlds.com) et composé de superbes images de microscopie cellulaire projetées dans un centre d’art digital afin de sensibiliser le public au monde microscopique. De façon plus large, je pense qu’il faut cibler l’éducation et apprendre aux jeunes étudiants ce qu’est la science pour développer leur esprit critique.


C : Quand pourrons-nous voir “Mondes cellulaires” ?


T : La première de “cell-worlds” aura lieu en 2022 aux Bassins de Lumières, à Bordeaux. Comme il s’agit d’une exposition complexe, nous avons encore besoin de quelque temps pour la préparer. Avec le lancement du projet, nous allons aussi publier un documentaire qui donnera aux visiteurs de l’exposition des informations précises sur ce qu’ils regardent.

C : Quels sont les principaux défis de la communication scientifique aujourd’hui ?


T : Le défi principal auquel fait face la science, à part la désinformation, se trouve dans l’éducation. Si les “infox” (fausses informations) peuvent aujourd’hui se répandre et affecter l’opinion générale, c’est à cause d’un manque d’esprit critique qui doit être adressé tôt dans l’éducation.


C : Comment la science peut-elle être un moyen d’expression artistique ? Quelle est la relation entre art et science ?


T : Notre culture moderne est intégralement façonnée par la science : des outils technologiques et d'ingénierie caractérisent nos façons de vivre et nous pouvons comprendre notre société grâce à la science cognitive. La science pourrait devenir un moyen d’expression artistique en utilisant des données, qui sont intrinsèquement artistiques (des courbes mathématiques aux images de microscopie), ainsi que des protocoles et des méthodes comme formes d’art.


C : Avez-vous un dernier mot pour nos lecteurs ?


Mes idées sont peut-être utopiques, mais je suis très optimiste. Si nous croyons en la meilleure façon de communiquer la science, nous pourrons aussi faire adopter nos idées par d’autres et ainsi faire émerger une vraie culture de la Science Ouverte. Ceci pourrait pousser les politiciens et la société toute entière à, aussi, croire en la science.


L'Exploratoire, avec les chercheurs de l'Institut Pasteur, fait partie du mouvement de la Science Ouverte et nous sommes intimement convaincus de la nécessité d'ouvrir la science à la société.



PAGE WEB DE L’EXPLORATOIRE: https://www.lexploratoire.earth



Références


1. Dan M. Kahan et al (2017). Science curiosity and political information processing. Political Psychology. https://doi.org/10.1111/pops.12396


Cette interview a été révisé par Dr. Marie Sabec et traduit par Yann Aquino. Un remerciement spécial a Terence Explorons.




104 vues0 commentaire

Commenti


Post: Blog2_Post
bottom of page